Novembre 2019

Curiosités et monstres au 17e siècle

 

Ce recueil de dessins, sanguines, aquarelles, lavis, gouaches et gravures a été constitué par Jérôme van Winghe (1559-1637) à Tournai vers la fin du 16e-début du 17e siècle.

Originaire de Louvain, Jérôme van Winghe devient chanoine à Tournai en 1588. Érudit, philologue, grand collectionneur, il s’intéresse à l’Antiquité, l’épigraphie et la numismatique. Sa bibliothèque, une des plus riches de Tournai, comprend des manuscrits et des imprimés. Il possède, également, un cabinet de curiosités avec des animaux naturalisés, ainsi qu’une collection de monnaies et médailles. À sa mort, il lègue ses collections à la bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Tournai. Sous le Consulat (1799-1804), environ 2.000 volumes y sont prélevés pour alimenter les collections de l’Ecole centrale du département de Jemappes. Aujourd’hui, ceux-ci font partie des fonds anciens et précieux de l’Université de Mons.

Ce type de recueil, très rare dans le Hainaut et le Tournaisis, est composé de 34 planches de tailles différentes. Il donne une vision des curiosités encyclopédiques de son propriétaire et de son goût pour l’Antiquité, l’art ancien et moderne, le dessin et la gravure, l’architecture et les sciences naturelles. Le recueil révèle également l’intérêt de Jérôme van Winghe pour les monstruosités, que la science de l’époque ne peut expliquer.

Plusieurs croquis en témoignent comme la représentation de ce lièvre à une seule tête et deux corps. Un autre dessin à la plume et au lavis gris reproduit un animal monstrueux dont une jeune fille de Mouscron aurait accouché en 1605. L’animal, représenté debout dressé sur ses pattes postérieures, est accompagné d’une description rédigée par le chanoine. L’album contient encore une planche montrant un hareng pêché en mer Baltique qui aurait porté un texte sur son flanc. Toutes les figures ne sont pas de la main de van Winghe, mais bien le fruit d’échanges entre collectionneurs.

Ce recueil montre que les cabinets de curiosités du 17e siècle ne contenaient pas que des objets et des livres mais également des documents graphiques.

Pour en savoir plus:
  • ISAAC M.-T.,SORGELOOS C. « Le livre voyageur : de Tournai à Mons, un sauvetage providentiel (1800) », dans RADIMSKA J. (s.la dir.) Pour une étude des bibliothèques aristocratiques, bourgeoises et conventuelles : le lecteur et sa bibliothèque. České Budějovice, 203, p. 355-376. (Opera romanica ; 4).
  • SORGELOOS C. « Histoire naturelle : règnes végétal et animal », dans ISAAC M.-T. (s. la dir.), La bibliothèque de l’Université de Mons-Hainaut 1797-199, Mons, UMH, 1997, p. 96-98.

Accès au document numérisé

UMONS
DocNum