Juin 2017

Décollage avec les frères Montgolfier

Faujas de Saint-Fond B., Description des expériences de la machine aérostatique de M. de Montgolfier, Paris, 1784

Voler dans les airs a toujours été un des plus grands rêves de l’Homme. Les premières tentatives remontent à l’Antiquité grecque.

Il faudra pourtant attendre le 18e siècle et les frères Montgolfier pour voir la première machine aérostatique prendre son envol. Issus d’une famille de papetiers, Joseph (1740-1810) et Etienne (1745-1799) Montgolfier se livrent régulièrement à des expériences de physique. Ils observent que lorsque l’on recueille la fumée d’un feu dans une enveloppe de papier, celle-ci s’élève dans les airs. En juin 1783, les deux frères réitèrent cette expérience en public à Annonay (Auvergne) avec un ballon d’environ 11 mètres de diamètre, formé de toile et de papier et contenant de l’air chaud. Une nacelle pourvue d’un réchaud y est suspendue

Un feu est ensuite allumé sous le ballon et une fois lâché, celui-ci s’élève jusqu’à 2000 mètres d’altitude. En fait, le phénomène s’explique par la chaleur : l’air chaud étant plus léger que l’air froid, le ballon monte grâce à la poussée aérostatique. Pour obtenir une machine plus légère que l’air atmosphérique, il faut enfermer dans un récipient- ici le ballon- une quantité suffisante de gaz plus léger que l’air.

Le succès est tel que l’expérience est répétée à Paris, puis à Versailles devant le roi Louis XVI et une foule de plus de 100 000 spectateurs. La montgolfière embarque plusieurs animaux (un mouton, un coq et un canard) qui ne souffriront pas de ce voyage. En novembre 1783, un second vol est organisé avec, cette fois, deux hommes à bord de la nacelle. La conquête des airs et, plus largement, de l’espace pouvait commencer.

Pour en savoir plus :

  • BAUDET J., De l’outil à la machine : histoire des techniques jusqu’en 1800, t.2, Paris : Librairie Vuibert, 2004.
  • RIVAL M., Les grandes inventions, Paris, Larousse, 1991.
  • TATON R. (s. la dir.), Histoire générale des sciences, Paris, Presses universitaires de France, 1957-1964.
  • VITRAC B., « Archimède de Syracuse », dans LECLANT J., (s.la dir.), Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, Presses universitaires de France, 2005, p.194-195.

 Accès au document numérisé

UMONS
DocNum