Juillet 2017

Avez-vous vu passer Vénus ?

Chappe d’Auteroche J., Voyage en Californie pour l’observation du passage de Vénus sur le disque du soleil, le 3 juin 1769, Paris, 1772

Le passage de Vénus -également appelé transit- devant le disque solaire est un phénomène astronomique extrêmement rare. En effet, les calculs de mécanique céleste révèlent que les transits suivent un rythme mystérieux : ils se produisent tous les 8 ans-105,5 ans-8 ans-121,5 ans, puis le cycle recommence. Au total, huit passages de Vénus ont été observés au cours de l’Histoire : en 1631, en 1639, en 1761, en 1769, en 1874, en 1882, en 2004 et en 2012.

Concrètement, un petit confetti noir visible à l’œil nu traverse le disque solaire pendant un peu plus de six heures.

L’importance de ce phénomène a été soulignée par l’astronome britannique Edmund Halley (1656-1742) qui, en 1716, démontre que les transits de Vénus permettraient de déterminer la distance Terre-Soleil. A partir de ce moment, de nombreuses expéditions de toutes nationalités seront mises sur pied.

Le document présenté pour cette pièce du mois de juillet relate l’une d’entre elles. Il s’agit du voyage de l’astronome français Jean Chappe d’Auteroche en Californie pour l’observation du passage de Vénus de 1769. Parti de Paris le 18 septembre 1768, Chappe d’Auteroche (1728-1769) embarque sur un bateau à Cadix et arrive en Basse-Californie le 16 mai 1769 où il installe son observatoire à la mission San José del Cabo. Le temps favorable permet une observation très complète du phénomène le 3 juin.

Peu de temps après, Jean Chappe d’Auteroche décède d’une épidémie qui emporte une grande partie de la population locale. Son récit et ses observations seront publiées par l’Académie des Sciences en 1772.

Quant aux prochains passages de Vénus, ils auront lieu en décembre 2117 et 2125 !

Accès à la numérisation

Pour en savoir plus:

  • Prevost M., « Chappe d’Auteroche Jean », dans Dictionnaire de biographie française, t.8, 1959, p.434.
  • Dumont S., « Les académiciens astronomes, voyageurs au XVIIIe siècle », dans Comptes rendus de l’Académie des Sciences, vol.327, n°7, 1999, pp.415-429.

 

UMONS
DocNum