Février 2019

Un manuscrit de l’abbaye de Bonne-Espérance à l’Université

MS 11/104, 1200-1300

L’Université de Mons possède de précieux manuscrits issus d’institutions religieuses diverses. Le présent document provient de l’abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance. Située au sud-ouest de Binche (Hainaut), l’abbaye est fondée en 1130 à la suite d’une donation de terres par Raynard, seigneur de Croix-lez-Rouveroy et appartient à l’ordre des Prémontrés. Sa bibliothèque, créée à l’instigation de son premier abbé, Odon, est réputée.

À la fin du 18e siècle, suite à l’occupation française de nos territoires, elle est pillée et dispersée. Beaucoup de manuscrits sont réquisitionnés ou disparaissent. Parmi ceux-ci, quarante ont été transportés à Mons pour se retrouver dans les collections de la bibliothèque de l’École centrale du département de Jemappes, ancêtre de notre bibliothèque. Les plus beaux manuscrits sont ceux qui ont été copiés dans la seconde moitié du 12e siècle à l’abbaye même.

Le manuscrit 11/104 est un volume composite qui comprend trois unités produites entre le 12e et le 13e siècle. Selon la table des matières (f. 1 r°), la première unité (f. 2 r°-79 v°), Sententiae, aurait pour auteur Robert Holcot, théologien dominicain du 13e siècle. Il s’agit d’une supposition car le nom d’Holcot est d’une écriture postérieure. La deuxième unité (f. 81 r°-109 r°) est une copie du De excidio Troiae historia de Darès le Phrygien, prêtre troyen d’Héphaistos, contemporain de la guerre de Troie. Écrite à la fin de l’Antiquité, cette version attribuée à Cornelius Nepos, a connu, au Moyen Age, un succès considérable. Enfin, la troisième unité (f. 110 r°-138 v°) contient un texte intitulé Speculum ecclesiae attribué à Hugues de Saint-Victor, ces trois mots ajoutés postérieurement. Philosophe et théologien du 12e siècle, Hugues de Saint-Victor est célèbre pour ses travaux et son enseignement qui attirent de nombreux élèves à l’abbaye de Saint-Victor à Paris.

Les 139 feuillets de parchemin de ce volume, couverts d’une écriture caroline, présentent de nombreux trous ronds, résultant du travail d’écharnage des peaux au moyen d’une hachette par le parcheminier. L’enluminure est sobre : des initiales ornées comportant des motifs géométriques et végétaux à l’encre bleue, verte et rouge, des lettrines simples à l’encre de couleur et des rubriques. Au feuillet 139 r° figure une mention d’anathème pour protéger le livre de toute intention malveillante dont le vol.

 

Pour en savoir plus
  • CHAPMAN G., Les manuscrits provenant de l’abbaye de Bonne-Espérance conservés à la bibliothèque de Mons-Hainaut, S.l., 1993.
  • FAIDER P. et G., Catalogue des manuscrits de la bibliothèque publique de la ville de Mons, Gand- Paris, s.n., 1931.
  • FAIVRE d’ACIER L., « La circulation des manuscrits du De excidio Troiae de Darès le Phrygien au Moyen Âge », dans Labyrinthe, 9, 2001, p. 108-110.
  • MILET A., « L’abbaye norbertine de Bonne-Espérance au début de la seconde occupation française (1794-1798) et le sort de sa bibliothèque », dans Annales du Cercle archéologique de Mons, n° 70, Mons, 1978, p. 177-206.
  • PETE P.et PEETERS P.(phot.), L’abbaye de Bonne-Espérance, 1130-2005, Tournai, Incipit, 2005.

Accès au document numérisé

 

UMONS
DocNum