Actualité

Cécile Douard (1866-1941), une femme artiste engagée

En cette journée internationale de la Femme, évoquer la personnalité de Cécile Douard, c’est rendre hommage à toutes les femmes qui ont travaillé dans des conditions pénibles dans le Borinage.

Le parcours de l’artiste est lui-même remarquable. Cécile Douard, née à Rouen en 1866, de parents comédiens, arrive en Belgique en 1870. D’un caractère trempé, elle décide de devenir peintre à une époque où les filles ne sont pas admises dans les académies. Elle s’installe à Mons où elle réussit à convaincre Antoine Bourlard, le directeur de l’Académie des Beaux-Arts, de lui donner des cours. Une grande amitié liera les deux artistes. Atteinte de cécité à l’âge de 33 ans, elle doit renoncer au dessin et à la peinture. Courageusement, elle fait face en explorant d’autres talents comme ceux d’écrivain et de sculpteur. Elle sera présidente de la Ligue braille de 1926 à 1937. Elle décède en 1941, à Bruxelles.

Entre 1886 et 1900, Cécile Douard a réalisé une série de croquis du travail des femmes dans la mine. Seize de ces croquis ont été reproduits dans un album, intitulé Borinage, imprimé par les Arts graphiques à Jarville-Nancy. À travers cet album, l’artiste s’est attachée à décrire deux figures de femmes, l’hercheuse qui pousse les wagonnets dans les tailles et la glaneuse de charbon.

 

La Bibliothèque centrale conserve dans ses collections de nombreux documents originaux (photographies, correspondance et manuscrits) concernant l’artiste. Ceux-ci sont rassemblés dans le fonds Cécile Douard.

UMONS
DocNum