La nouvelle cuisinière bourgeoise contenant Outre les recettes générales… l’art de découper toutes sortes de viande, volaille et de gibier… Suivie de La Bonne ménagère de la ville et des champs [et] terminée par la Cuisinière économique… par l’auteur du Parfait Cuisinier

Références

  • Auteur(s) : Cousin d’Avallon, Charles-Yves (Créateur, (1769-183?), Auteur)
  • Date : juillet 1817
  • Lieu de conservation : Bibliothèque centrale
  • Cote : 1801/339

Thèmes

  • Cuisine française
  • Cuisine économique
  • Economie domestique

Citer ce document

Cousin d’Avallon, Charles-Yves, « La nouvelle cuisinière bourgeoise contenant Outre les recettes générales… l’art de découper toutes sortes de viande, volaille et de gibier… Suivie de La Bonne ménagère de la ville et des champs [et] terminée par la Cuisinière économique… par l’auteur du Parfait Cuisinier », Paris, chez Davi et Locard libraires, Pigoreau libraire et Philippe libraire, juillet 1817, PHENIX (UMONS), consulté le , https://biblio.umons.ac.be/public/bv/?p=4190

Retour à la
notice

  • Table des matières
    Contient : La Nouvelle cuisinière bourgeoise ; la Bonne ménagère de la ville et des champs ; La Cuisinière économique
  • Commentaire
    Dans la bonne société du 19e siècle, la cuisine domestique, c’est-à-dire celle que l’on pratique chez soi, est empreinte des idéaux et de l’art de vivre de la bourgeoise. Dans cette optique, le luxe paraît davantage dans la mise en scène du repas que dans l’assiette. La cuisine bourgeoise n’est pas vraiment raffinée. Elle fait notamment grand usage des sauces, lourdes et grasses, qui viennent cacher et faire oublier l’origine animale des mets. Souvent, les recettes sont une réappropriation de classiques du 17e siècle, tel le bœuf à la mode, jadis servis sur les tables aristocratiques. Cette cuisine bourgeoise est aussi marquée par les soucis d’ordre et d’économie, deux valeurs importantes au 19e siècle. Dans la pratique, cela se traduit par le fait de faire ses achats intelligemment c’est-à-dire en fonction de la bourse du ménage, d’utiliser les restes, mais aussi dans la rigueur au niveau des horaires de table et de préparation des repas. (Pauline Tisthoud)

Retour à la
notice

Retour à la notice

Auteur(s)

  • Cousin d’Avallon,
    Charles-Yves (Créateur, (1769-183?),
    Auteur)

Titres

  • La nouvelle cuisinière bourgeoise contenant Outre les recettes générales… l’art de découper toutes sortes de viande, volaille et de gibier… Suivie de La Bonne ménagère de la ville et des champs [et] terminée par la Cuisinière économique… par l’auteur du Parfait Cuisinier (Titre propre)

EditionQuatrième édition

  • [Lieu] Paris
  • [Editeur] chez Davi et Locard libraires, Pigoreau libraire et Philippe libraire
  • [Publication] juillet 1817
  • [Impression] Imprimerie de Chaignieau Jeune

Type d’objet original : livre

Collation / Format

  • [Format] 1 vol. ([6], 304, [2] p.) ; 17,5 x 10 cm
  • [Décoration/Illustration(s)] 1 front. gravé

Langue(s) :

  • Français

Lieu de conservation : Bibliothèque centrale

Provenance

  • [Bibliothèque] UMONS. Bibliothèque centrale

Cote : 1801/339

Conditions d’accès

  • [Droits d’accès] Domaine public

Retour à la notice

Fichier

Téléchargement

Vignette

  • Nom : IMP150014-pdf.pdf
  • Nombre de pages : 159
  • Droits d’accès : Accès libre
  • Type : application/pdf
  • Taille : 125134 Ko
  • Dernière modification : 2018-10-24 14:05:15
UMONS
DocNum