C’est le roman de la rose moralisie cler et net translate de rime en prose par vostre humble Molinet

Références

  • Auteur(s) : Guillaume de Lorris (Créateur, 1200?-1260?, auteur), Jean de Meung (Créateur, 124.?-1304?, auteur), Molinet, Jean (Contributeur, 1435-1507, transcripteur)
  • Date : [ca 1500]
  • Lieu de conservation : Bibliothèque centrale
  • Fonds particulier : Incunables
  • Cote : 1797/143

Thèmes

  • Roman courtois français
  • Littérature française — Avant 1500

Citer ce document

Guillaume de Lorris, Jean de Meung, Molinet, Jean, « C’est le roman de la rose moralisie cler et net translate de rime en prose par vostre humble Molinet », Paris, Antoine Vérard, [ca 1500], PHENIX (UMONS), consulté le , https://biblio.umons.ac.be/public/bv/?p=3994

Retour à la
notice

  • Commentaire
    Le Roman de la rose, chef d’œuvre de la littérature courtoise, a été rédigé au XIIIe siècle par Guillaume de Loris et Jean de Meung. La diffusion de ce poème allégorique au Moyen Age s’est d’abord faite sous forme manuscrite – copies privées ou commandes princières – avant que l’imprimerie ne s’empare de ce best-seller. Entre 1481 et 1538, une vingtaine d’éditions se succèdent. Parmi les éditeurs, mentionnons Antoine Vérard qui domine le monde de l’édition française entre 1485 et 1512. Aux alentours de 1500, Jean Molinet, poète et chroniqueur à la cour de Bourgogne, livre une version modernisée de ce roman qui consiste en une mise en prose intégrale du poème original assortie de commentaires allégoriques ou mystiques. Il s’agit d’un texte de commande qui s’inscrit dans l’antique tradition du mécénat seigneurial : Philippe de Clèves, seigneur de Ravenstein souhaite disposer d’une copie de ce classique de la littérature. Ce manuscrit sera publié par Vérard aux environs de 1500. Il sera réédité en 1503 par le lyonnais Guillaume Balsarin et en 1521 par la veuve de l’imprimeur parisien Michel le Noir. Il n’est pas facile de déterminer qui fut l’initiateur de cette publication. Selon Jean Devaux, plusieurs indices font penser que Molinet n’est pas étranger à celle-ci. Tout d’abord l’impression du volume suit de près l’achèvement du texte original. Le colophon rédigé par Molinet remonte au plus tôt au mois d’avril 1500. L’édition de Vérard, non datée, peut se situer à la fin de cette même année ou au début de 1501. Molinet entretenait des liens avec le monde de l’imprimerie, notamment avec Jean de Liège qui imprime une brève série de textes poétiques dans son officine à Valenciennes. Enfin Vérard met en avant l’identité de l’auteur en remplaçant la dédicace à Philippe de Clèves placée au début du manuscrit par un quatrain qui se termine « par vostre humble Molinet ». La bibliothèque centrale de l’UMONS conserve dans sa collection d’incunables un des sept exemplaires complets de la première édition du « Roman de la rose moralisé » de Jean Molinet par Antoine Vérard. Cet incunable a appartenu à Barbara Van Leinghe et à Gille Mercier, vicaire de Tournai selon les annotations à l’encre sur la première page. Il comporte une demi-reliure en veau havane, plats de papier marbré, dos à nerfs orné, signée en queue du dos Risce. L’atelier de François Risce (1800-1845) situé à Mons a effectué plusieurs travaux de reliure pour la Bibliothèque centrale sur des livres anciens entrés dans les fonds en 1797 ou sous le consulat. On peut supposer que la reliure d’origine de ces ouvrages était détériorée. (Christine Gobeaux)
  • Bibliographie
    N. Coilly et M.-H. Tesnière, « Le roman de la rose. L’art d’aimer au Moyen Age », Paris, Bibliothèque nationale de France, 2012 ; J. Devaux, « Grandeur et décadence de l’estat du clergiét : le témoignage du Roman de la Rose moralisé de Jean Molinet », dans « Le Moyen Age », 2013, t. CXIX, p. 133-142 ; J. Devaux, E. Doudet et E. Lecuppre-Desjardin (éd.), « Jean Molinet et son temps : actes des rencontres internationales de Dunkerque, Lille et Gand (8-10 novembre 2007) », Turnhout, Brepols, 2013 (Burgundica ; XXII) ; J. Devaux, « Jean Molinet incendiaire bourguignon », Paris, Honoré Champion, 1996 (Bibliothèque du XVe siècle ; LV) ; J. Devaux, « Pour plus fresche memoire : la fonction didactique de l’histoire dans le Roman de la Rose moralisé de Jean Molinet», dans « Le Moyen Age », 2006, t. CXII, p. 557-573 ; C. PIERARD, « Xylotypes, incunables, post-incunables conservés à la Bibliothèque de Mons », Mons, Université de Mons-Hainaut, 1989, n° 265 ; C. Sorgeloos, « Relieurs et reliures en Hainaut », dans M.-Th. ISAAC (dir.), « La Bibliothèque de l’Université de Mons-Hainaut : 1797-1997 », Mons, Université de Mons-Hainaut, 1997, p. 197-210.

Retour à la
notice

Retour à la notice

Auteur(s)

  • Guillaume de Lorris (Créateur, 1200?-1260?,
    auteur)
  • Jean de Meung (Créateur, 124.?-1304?,
    auteur)
  • Molinet,
    Jean (Contributeur, 1435-1507,
    transcripteur)

Titres

  • C’est le roman de la rose moralisie cler et net translate de rime en prose par vostre humble Molinet (Titre propre)
  • [Roman de la Rose par Guillaume de Lorris et Jean de Meung, mis en prose par Jean Molinet] (Titre forgé)

Edition

  • [Lieu] Paris
  • [Editeur] Antoine Vérard
  • [Publication] [ca 1500]

Type d’objet original : incunable

Collation / Format

  • [Format] 1 vol. ([4], 181 f.) ; 20,1 x 13,9 cm
  • [Décoration/Illustration(s)] gravures sur bois
  • [Mise en page] texte imprimé sur 2 colonnes
  • [Reliure] demi-reliure, dos en cuir à 4 nerfs, doré au fer, étiquette de titre, gardes de papier marbré, reliure signée « Risce » au bas du dos

Langue(s) :

  • Moyen français
    (1400-1600)

Notes

  • [Appartenance] Barbara Van Leinghe, Gille Mercier vicaire de Tournai

Lieu de conservation : Bibliothèque centrale

Provenance

  • [Bibliothèque] UMONS. Bibliothèque centrale

Cote : 1797/143

Conditions d’accès

  • [Droits d’accès] Domaine public

Retour à la notice

Fichier

Téléchargement

Vignette

  • Nom : IMP12001-PDF-294MO.pdf
  • Nombre de pages : 187
  • Droits d’accès : Accès libre
  • Type : application/pdf
  • Taille : 301970 Ko
  • Dernière modification : 2018-10-24 14:27:42
UMONS
DocNum