[Photographie de Cécile Douard en train de peindre]

Références

  • Date : [1896]
  • Lieu de conservation : Bibliothèque centrale
  • Fonds particulier : Fonds Cécile Douard
  • Cote : Fonds Cécile Douard

Thèmes

  • Douard, Cécile (1866-1941)
  • Peintres — Belgique — Mons
  • Artistes — Belgique — Mons

Citer ce document

« [Photographie de Cécile Douard en train de peindre] », [Mons], [1896], PHENIX (UMONS), consulté le , https://biblio.umons.ac.be/public/bv/?p=6349

Retour à la
notice

  • Commentaire

    Cécile Douard naît à Rouen le 31 décembre 1866 d’un père régisseur de théâtre et d’une mère pianiste. A l’âge de trois ans, Cécile arrive en Belgique avec sa mère qui épousera en secondes noces Edouard Serf, futur directeur de théâtre de la ville de Mons. A une époque où les portes des académies restent fermées aux femmes, Cécile décide de devenir peintre. Elle commence son apprentissage à Bruxelles dans l’atelier de Jean Portaels qui la recommande à Antoine Bourlard, directeur de l’Académie des Beaux-Arts de Mons.

    Influencée par la mouvance du réalisme sociale, Cécile Douard produit un art engagé. En effet, frappée par les conditions de vie des ouvriers borains, elle les représente en plein effort et cherche à mettre en avant la difficulté de leur travail. Elle s’intéresse plus particulièrement aux femmes, ouvrières, hercheuses ou chercheuses de charbon qu’elle s’applique à replacer le plus fidèlement possible dans leur cadre de vie. Dessinant d’abord le travail de surface, elle obtient l’autorisation de descendre dans les mines en 1892. Elle s’y rend avec ses crayons et cartons afin de réaliser sur le vif de premiers croquis et esquisses. Par la suite, ces derniers lui serviront à restituer les conditions de travail de femmes. Pour cela, elle utilise une palette de teintes sombres et s’efforce d’utiliser des trains rudes et anguleux. Afin de compléter ses œuvres, elle fait également venir dans son atelier ses « modèles » pour prendre la pause. En marge de cette importante production, elle réalise des portraits plus colorés pour la bourgeoise montoise à laquelle elle donne également des cours de dessin. Cécile Douard est une artiste connue de son vivant. En effet, en 1892, elle réalisera même un portrait de la reine Marie-Henriette.

    La carrière de peintre de Cécile Douard s’arrête brusquement à l’âge de 33 ans lorsque celle-ci perd définitivement la vue à la suite d’une chute. Elle s’investit alors dans la Ligue Braille dont elle sera la présidente entre 1926 et 1937. Elle décède en 1941 à Bruxelles.

    La photographie numérisée représente Cécile Douard, à Mons en 1896, probablement posant devant son atelier avec sa palette de peintre. (Charlotte Piret)

  • Bibliographie

    MOREAUX, S. Cécile Douard (1866-1941). Vie et œuvre d’une artiste montoise. Université catholique de Louvain, 1991. Mémoire de la Faculté de Philosophie et Lettres.

    PIERARD, C. « Douard (Cécile-Marie Leseine dite) » dans Biographie nationale, t. 31, 1961, col. 260-269.

    VERCHEVAL, J. Cécile Douard. Un regard retrouvé. Couillet, 2014.

Retour à la
notice

Retour à la notice

Titres

  • [Photographie de Cécile Douard en train de peindre] (Titre propre)

Edition

  • [Lieu] [Mons]
  • [Création] [1896]

Type d’objet original : photographie

Collation / Format

  • [Format] 1 photographie (9,5 x 6 cm sur carton 16,5 x 11 cm)
  • [Couleurs] Noir et blanc
  • [Support] photo collée sur un carton avec encadrement de couleur

Langue(s) :

  • Français

Lieu de conservation : Bibliothèque centrale

Provenance

  • [Bibliothèque] UMONS. Bibliothèque centrale

Cote : Fonds Cécile Douard

Conditions d’accès

  • [Droits d’accès] Domaine public

Retour à la notice

Fichier

Téléchargement

Vignette

  • Nom : EST180005PDF.pdf
  • Nombre de pages : 1
  • Droits d’accès : Accès libre
  • Type : application/pdf
  • Taille : 4600 Ko
  • Dernière modification : 2019-10-30 14:05:03
UMONS
DocNum