La procession de Mons

Références

  • Auteur(s) : Thiébault, Antoine (Créateur, 1807-1880, graveur)
  • Date : entre 1829 et 1832
  • Lieu de conservation : Bibliothèque centrale
  • Fonds particulier : Estampes
  • Cote : E 1360

Thèmes

  • Mons (Belgique) — Folklore — Ducasse
  • Mons (Belgique) — Doudou

Citer ce document

Thiébault, Antoine, « La procession de Mons », Lille, Blocquel, Simon-François, entre 1829 et 1832, PHENIX (UMONS), consulté le , http://biblio.umons.ac.be/public/bv/?p=4424

Retour à la
notice

  • Commentaire
    Cette gravure sur bois est curieusement intitulée « La procession de Mons » alors qu’elle représente le combat dit Lumeçon. Est-ce parce qu’elle a été imprimée à Lille par Blocquel et donc destinée à un public français qui découvre le folklore montois ? Elle a été gravée par Antoine Thiébault, selon la signature « A. Thiébault sc. », qui figure en bas à droite du document. Thiébault (1807-1880) est un graveur d’imagerie populaire. Il a fait son apprentissage, avec son frère Jean-Baptiste, chez l’imagier François Desfeuilles à Nancy dès 1822. Il travaillera, de 1829 à 1832, pour l’imprimerie Blocquel, ce qui nous permet de dater cette gravure entre ces dates. Simon-François Blocquel (1780-1863) s’est établi comme libraire à Lille en 1802. En 1811, il obtient son brevet d’imprimeur. En 1818, il sera breveté libraire puis en 1819 imprimeur-lithographe. Homme d’affaires, il fait du commerce de livres destinés au colportage une véritable industrie. Il se spécialise également dans l’imagerie populaire. Il imprime quantité de planches coloriées destinées aux enfants et aux adultes et montrant des fêtes populaires, héros de l’histoire locale, petits métiers,… Pour réaliser sa gravure, Thiébault s’est probablement inspiré des lithographies de Jean-Baptiste Madou et Marcellin Jobard. L’arrière-plan diffère cependant : un seul bâtiment, nommé « Poste royale », est représenté en partie. La scène regroupe à la fois le dragon et son porteur, Saint-Georges à cheval, des Chin-Chins portant des vessies qui sont poursuivis par un chien. Il n’y a pas de corde pour retenir les spectateurs qui sont repoussés avec vigueur par les Chins-Chins. Plusieurs d’entre eux gisent par terre renversés. En dessous de l’image est imprimé un texte intitulé « Chanson montoise ». Il ne s’agit pas ici du chant El’ Doudou. La gravure a été coloriée après impression. (Christine Gobeaux)
  • Bibliographie
    N. GARNIER-PELLE, « L’imagerie populaire française II. Images d’Épinal gravées sur bois », Paris, Éditions de la Réunion des Musées nationaux et BNF, 1996, p. 42 ; B. KANABUS (dir.), « La Ducasse rituelle de Mons », Bruxelles, Racine, 2013 ; P. MARCHAND, « Blocquel, Simon-François », dans « Dictionnaire encyclopédique du livre », t. I, Paris, Cercle de la Librairie, 2002, p. 345-346.

Retour à la
notice

Retour à la notice

Auteur(s)

  • Thiébault,
    Antoine (Créateur, 1807-1880,
    graveur)

Titres

  • La procession de Mons (Titre propre)

Edition

  • [Lieu] Lille
  • [Editeur] Blocquel, Simon-François
  • [Création] entre 1829 et 1832
  • [Impression] imprimerie de Blocquel

Type d’objet original : estampe

Collation / Format

  • [Format] 1 gravure sur bois, 19 x 28,5 cm (image), 29,5 x 34,5 cm (feuille)
  • [Couleurs] coloriée (aquarelles)

Langue(s) :

  • Français

Lieu de conservation : Bibliothèque centrale

Provenance

  • [Bibliothèque] UMONS. Bibliothèque centrale

Cote : E 1360

Conditions d’accès

  • [Droits d’accès] Domaine public

Retour à la notice

Fichier

Téléchargement

Vignette

  • Nom : EST120008-pdf.pdf
  • Nombre de pages : 1
  • Droits d’accès : Accès libre
  • Type : application/pdf
  • Taille : 5854 Ko
  • Dernière modification : 2018-10-24 12:49:32
UMONS
DocNum