Imperii Sinarum nova descriptio

Références

  • Auteur(s) : Martino, Martini (Créateur, 1614-1664, auteur)
  • Date : [1658-1659]
  • Lieu de conservation : Bibliothèque centrale
  • Fonds particulier : Puissant
  • Cote : 17/1 (FP)

Thèmes

  • Chine — Cartes — 17e siècle

Citer ce document

Martino, Martini, « Imperii Sinarum nova descriptio », Amsterdam, Joan Blaeu, [1658-1659], PHENIX (UMONS), consulté le , https://biblio.umons.ac.be/public/bv/?p=6053

Retour à la
notice

  • Commentaire
    Martino Martini (1614-1664), prêtre jésuite italien, effectue une première mission en Chine, de 1642 à 1651. Rappelé à Rome, il emporte avec lui de nombreux ouvrages chinois dont l’atlas de Zhu Siben révisé par Lo Hongxian. Pendant son voyage de retour, il est capturé par des pirates hollandais et emmené à Batavia. Il n’arrivera à Amsterdam qu’en 1654. C’est durant ce voyage qu’il travaille à plusieurs publications dont le « Novus atlas Sinensis ». Cet ouvrage est le premier atlas de géographie de la Chine à être publié en Europe, en 1655, par Joan Blaeu (1596-1682), le plus grand éditeur de cartes du 17e siècle. Blaeu intègre ce recueil à son atlas du monde. L’atlas de Chine devient ainsi le sixième volume du « Theatrum orbis terrarum sive Novus atlas ». Selon Blaeu, Martini a écrit son livre en chinois puis l’a traduit en latin. Au total, neuf éditions du « Novus atlas Sinensis » seront publiées dont huit en 1655 (4 en latin, 2 en français, 1 en néerlandais et 1 en allemand) et une dernière en espagnol en 1658-59. Plus tard, Blaeu incorporera les cartes de Martini dans le volume consacré à l’Asie de son Atlas major qui paraîtra à partir de 1662. Cette œuvre monumentale comporte entre 10 et 12 volumes suivant les éditions. L’atlas de Martini contient 17 cartes géographiques : une de l’empire chinois, 15 des provinces de la Chine et une du Japon et de la Corée. Il combine texte et cartes, ce qui est une pratique courante à l’époque. Pour réaliser ses cartes, Martini a utilisé ses propres observations complétées par des rapports de missionnaires jésuites. Il s’est également basé sur des sources chinoises et mongoles. Toutes les cartes ont la même structure et sont orientée le nord au-dessus. Le titre est compris dans un cartouche décoré de personnages en costumes, d’animaux chinois et de produits locaux. Quelques cartouches montrent des guerriers, des moines, des philosophes ou des Jésuites. L’atlas de Martini fera autorité jusqu’à la publication, en 1737, de l’atlas de la Chine de Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville (1697-1782).La Bibliothèque centrale de l’UMONS conserve dans ses collections un exemplaire de l’atlas de Martini, publié par Blaeu et 13 cartes provenant d’une édition en espagnol. Ces cartes, coloriées et rehaussées d’or, font partie des collections du chanoine Puissant qui sont en dépôt à l’Université de Mons depuis 1966. Parmi celles-ci figure la carte de l’empire chinois intitulée « Imperi Sinarum Nova descriptio ». Latitudes et longitudes sont représentés ainsi que et deux méridiens : le méridien utilisé par les cartographes chinois, le Beijing et le méridien de l’île de Fer, utilisé par les occidentaux. Contrairement aux cartes des provinces, aucune échelle n’est indiquée. Si on compare cette carte à celle publiée par Abraham Ortelius, on s’aperçoit que la topographie de la Chine a progressé. Le pays est ramené à des proportions plus justes du fait de l’emploi des latitudes et longitudes. Le contour de la Corée et du Japon est plus précis. Martini décrit la région du Tibet (Tibet regnum) comme une région qui ne fait pas partie de la Chine. Au nord de la carte, on découvre une région représentée par des pointillés que Martini nomme « Xamo desertum ». On ne sait pas d’où Martini tient cette appellation car sur les cartes antérieures ou contemporaines, le désert de Gobi est nommé « desertum lop ». C’est la première fois qu’un désert est représenté par des pointillés, ce qui deviendra une convention par la suite sur les cartes. Cette manière de représenter les régions désertiques pourrait provenir des cartographes chinois. (Christine Gobeaux)
  • Bibliographie
    GOSS John, “Blaeu le grand atlas le monde au XVIIe siècle », Paris, Gründ, 1992 ; VAN DER KROGT Peter, « Koeman’s Atlantes Neerlandici”, Utrecht, HDG, 2000, vol. II, p. 314-315, n° [8410:2B] China

Retour à la
notice

Retour à la notice

Auteur(s)

  • Martino,
    Martini (Créateur, 1614-1664,
    auteur)

Titres

  • Imperii Sinarum nova descriptio (Titre propre)

Edition

  • [Lieu] Amsterdam
  • [Editeur] Joan Blaeu
  • [Publication] [1658-1659]

Type d’objet original : carte

Collation / Format

  • [Format] 1 carte, 40 x 60 cm
  • [Couleurs] coloriée
  • [Données mathématiques (cartes, plans)] aucune mention d’échelle

Langue(s) :

  • Latin

Notes

  • [Description] Verso blanc
  • [Appartenance] Cachet à l’encre « Musée Chanoine Puissant Mons »

Lieu de conservation : Bibliothèque centrale

Provenance

  • [Bibliothèque] UMONS. Bibliothèque centrale

Cote : 17/1 (FP)

Conditions d’accès

  • [Droits d’accès] Domaine public

Retour à la notice

Fichier

Téléchargement

Vignette

  • Nom : CPL180001pdf.pdf
  • Nombre de pages : 1
  • Droits d’accès : Accès libre
  • Type : application/pdf
  • Taille : 8239 Ko
  • Dernière modification : 2018-10-24 13:37:13
UMONS
DocNum