Novembre 2016

« Trick or treat » !

Discours de la lycanthropie, 1596

Wolf_eating_woman

La bête du Gévaudan, ca 18e siècle

« Trick or treat » ! – littéralement farce ou friandise » – est la formule rituelle de la chasse aux bonbons d’Halloween. Aux Etats-Unis, cette fête se déroule la journée et la nuit du 31 octobre. Au-delà des fameuses citrouilles creusées (Jack o’ lantern en anglais) et des déguisements macabres, Halloween est avant tout une fête d’origine celtique. Contraction de All Hallow’s even, elle est placée sous le signe de la communion des vivants avec les morts car c’est au cours de la nuit du 31 octobre au 1er novembre que les âmes défuntes sont censées venir rôder dans le monde des vivants.

Pour fêter Halloween à sa manière, la bibliothèque a choisi comme pièce du mois de novembre, un document particulièrement rare sur les lycanthropes, plus communément appelé loup-garou.

Personnage fantastique des croyances populaires, le mythe du loup- garou remonte à l’Antiquité gréco-romaine. Au Moyen-Âge, la conception de la lycanthropie est ancrée dans le merveilleux : un homme qui quitte son corps la nuit sous la forme d’un loup et s’échappe dans la forêt. On devient loup- garou soit à la suite d’un pacte volontaire avec le Diable, soit à cause d’une malédiction, soit à cause de ses pêchés. Une fois la nuit tombée, le loup- garou va courir la campagne et dévore chaque être qu’il rencontre, mais aussi les astres, causant ainsi des éclipses et plongeant l’univers dans l’obscurité.

Cette transformation de l’homme en loup suppose une prédestination. Certains êtres, de par les conditions de leur naissance, seraient ainsi susceptibles de devenir lycanthrope. Ces hypothèses alimentent un débat récurrent à travers les siècles : le loup- garou est-il criminel ou victime ?

Accès au document numérisé

 

Pour en savoir plus :

  • Akoun A., L’Europe : mythes et traditions, Turnhout, 1990.
  • J.-M. Salmann, Dictionnaire historique de la magie et des sciences occultes, Paris, 2006.
  • C. Rager, Dictionnaire des fées et du peuple invisible dans l’occident païen, Turnhout, 2003.
UMONS
DocNum