Juillet 2016

Cap sur les Antilles!

Du Tertre J.-B., Histoire générale des Antilles habitées par les François, t.2, Paris, 1667

En ce début d’été, la Bibliothèque a choisi d’emmener ses lecteurs en voyage. La pièce de ce mois évoque en effet le sable chaud, la mer turquoise, les cocotiers, …. Pourtant, les Antilles n’ont pas toujours été synonyme de vacances.

À partir de la seconde moitié du 17e siècle, ces îles paradisiaques se trouvent au cœur des luttes commerciales entre les grands Empires coloniaux que sont la Hollande, l’Angleterre et la France. Cette partie du monde est, en effet, très convoitée pour ses produits tropicaux, principalement le sucre de canne. Sur l’île de Saint-Domingue par exemple, la plantation sucrière devient tellement intensive qu’elle éclipse les autres cultures tropicales et monopolise la main d’œuvre négrière.

Cette Histoire générale des Antilles se fonde sur les observations de son auteur, Jean-Baptiste Du Tertre (1610-1687), ses enquêtes auprès des habitants ainsi que sur des documents officiels. Missionnaire mais aussi naturaliste et géographe, Du Tertre fournit une des premières descriptions de l’ananas qu’il qualifie de « Roy des fruits ». On lui doit également plusieurs descriptions de la faune et de la flore locale ainsi que des autochtones.

Les quatre tomes reliés en trois volumes de l’Histoire des Antilles publiés entre 1667 et 1671 chez Thomas Joly proviennent de la bibliothèque du naturaliste Auguste Drapiez (1778-1856). Après sa mort, sa fille Augusta lègue la bibliothèque de son père composée de livres portant sur les voyages et les sciences naturelles à la ville de Mons. Depuis 1966, ce fonds est conservé à la bibliothèque centrale de l’UMONS.

Pour en savoir plus :

  • V. Chansigaud, Histoire de l’ornithologie, Paris, Delachaux et Niestlé, 2007
  • Dictionnaire de biographie française, t.12, Paris, 1970.
  •  J.L. Flandrin et M. Mantanari (éd.), Histoire de l’alimentation, Paris, Arthème Fayard, 1996
  • F. Regourd, « Capitale savante, capitale coloniale : sciences et savoirs coloniaux à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2008/2, n° 55-2, p. 121-151

Accès à la numérisation

UMONS
DocNum