Décembre 2016

Fééries polaires

Dortous de Mairan J.-J., Traité physique et historique de l’aurore boréale, 1754

Aux pôles, de mystérieux phénomènes se produisent dans le ciel. Dès l’Antiquité, marins et navigateurs rapportent des observations à la fois surprenantes et extraordinaires : ils parlent de « torches ardentes » ou encore de « lumière du Nord ». Les aurores polaires- car c’est bien de cela qu’il s’agit- marquent énormément ceux qui les observent. Bien que caractérisée par leur côté rare et merveilleux, les aurores suscitent surtout la peur : on pense que ce sont de mauvais présages annonçant des désastres ou des maladies.

Dès le 18e siècle, physiciens et astronomes tentent de trouver une explication rationnelle à ce phénomène surnaturel pour l’époque. C’est dans ce contexte que le scientifique Jean-Jacques Dortous de Mairan (1678-1771) rédige ce traité physique et historique des aurores boréales, publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences de Paris. Il propose une théorie cosmique du phénomène. Selon lui, les aurores seraient causées par la lumière zodiacale (réflexion de la lumière du Soleil sur des particules de poussières présentes dans le système solaire). A la même époque, un autre grand savant étudie la question : Edmond Halley (1656-1742). Sa théorie, à l’opposé de Mairan, invoque les fluides magnétiques.

Ce n’est qu’au 20e siècle, moment où la théorie des aurores est reconstruite grâce à d’importantes découvertes comme les rayons cathodiques que l’ouvrage de Mairan sera considéré comme un travail clé dans la compréhension de cet énigmatique phénomène.

Pour en savoir plus :

  • F. Remy, Histoire des pôles : mythes et réalités polaires, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 2009.
  • S. Le Gars, « Dortous de Mairan et la théorie des aurores polaires : trajectoire et circulation d’une idée, de 1733 à 1933 », dans Revue d’histoire des sciences, 68-2, juillet-décembre 2015, pp.311-333.

Accès à la numérisation

UMONS
DocNum