Août 2016

Focus sur Mons au 16e siècle

Le plan de Mons dans l’atlas des villes de Braun et Hogenberg

 

Plan de Mons

Aujourd’hui, les plans de villes permettent aux voyageurs de se repérer dans une localité. Orientés au nord, accompagnés d’un index des rues avec leurs coordonnées, levés selon une échelle précise, ils sont exécutés par des cartographes chevronnés. Au 16e siècle, les plans de villes sont réalisés pour offrir au public un portrait de celles-ci. La forme de la ville importe plus que la précision de sa représentation et donc de l’exactitude du tracé des rues et des ilots. Ces plans figurent d’abord dans des cosmographies, des chroniques ou des chorographies. Il faut cependant, attendre la deuxième moitié du 16e siècle, pour que les éditeurs impriment des atlas tels que nous les définissons actuellement.

Le premier atlas de villes est publié à Cologne en 1572 par Georg Braun (1541-1622) et Frans Hogenberg (1535-1590). Composé de six livres, édités en latin, français et allemand entre 1572 et 1617, le Civitates orbis terrarum décrit 475 villes du monde connu à cette époque. Dès la parution du premier livre, il rencontre un tel succès que plusieurs volumes vont se succéder. Peter van der Krogt a relevé pas moins de 11 éditions du livre I, 9 du livres II, 7 du livres III et IV, 5 du livre V et 4 du livre VI. Deux personnalités sont à la base de cette entreprise : Georg Braun, doyen à Cologne et Frans Hogenberg, graveur qui a officié pour Abraham Ortelius et Christophe Plantin. Tous deux feront appel à de nombreux collaborateurs. Hogenberg s’est occupé du travail de la gravure sur cuivre tandis que Braun a rédigé pour chaque localité une notice descriptive à partir d’informations collectées dans les nombreuses topographies et cosmographies publiées ou provenant de la correspondance entretenue avec de nombreux savants. Ces notices, imprimées au verso de chaque planche, apportent au lecteur de nombreuses informations concernant l’histoire des localités. Les spécialistes estiment que la plupart des vues des villes des Pays-Bas espagnols publiées dans les livres III (1581) et IV (1588) s’inspirent des plans levés par Jacques de Deventer entre 1550 et 1565 pour le roi d’Espagne, Philippe II.

Les représentations des villes sont réalisées selon le mode perspectif selon lequel le dessinateur se situe hors de la zone à représenter qu’il peut voir dans sa globalité. Il s’agit du modèle en vogue à la Renaissance qui donne à voir la ville entière avec son bâti. Ce modèle privilégie les ensembles architecturaux dont les dimensions sont plus liées à leur importance symbolique qu’à leurs mesures réelles. Les maisons sont toutes dessinées de la même manière, tandis que la représentation des édifices plus grands est individualisée. Ces vues perspectives sont souvent un condensé de plusieurs échelles et ne sont pas systématiquement orientées au nord. L’orientation, selon l’angle choisi, permet de mettre l’accent sur une partie de la ville et d’attirer le regard sur certains bâtiments représentatifs de la vie civile et religieuse. Ce genre continuera d’être imprimé jusqu’au XVIIIe siècle par des éditeurs allemands.

L’atlas des villes de Braun et Hogenberg offre au lecteur des gravures vivantes de par leur mise en scène et leur décor illustré. Des scènes de la vie quotidienne, des représentations de batailles navales ou de combats, des personnages en costume du pays apportent quantité d’informations à propos de la vie au 16e siècle.

Le plan de Mons, gravé par Franz Hogenberg, paraît pour la première fois en 1581 dans le troisième livre de l’atlas de Braun et Hogenberg. Il sera édité de 1581 à 1621, sans être actualisé. La gravure nous donne une image de Mons délimitée par son enceinte doublée de tout un système de défense hydraulique (fossé, étangs et zones marécageuses). L’exemplaire numérisé provient, selon nous, d’une édition latine du livre III imprimée en 1616 à Cologne par Pierre Brachel. La planche a été coloriée après l’impression.

Pour en savoir plus:

  • FŰSSEL, L’évolution de l’iconographie urbaine à l’époque pré-moderne, dans S. FŰSSEL (dir.), Villes du monde : 363 gravures révolutionnent l’image du monde, Cologne : Benedikt Taschen, 2008, p. 8-41.
  • C. GOBEAUX, Mons au XVIe siècle. Catalogue descriptif des vues, plans et sièges, dans Annales du Cercle archéologique de Mons, t. 81, 2011, p. 257-573.
  • M. PELLETIER, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au siècle des Lumières, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2001.
  • P. Van Der Krogt, KOEMAN’S Atlantes Neerlandici, vol. IV, Utrecht, Hes & De Graaf, 2010 ; P. Van Der Krogt, Mapping the Towns of Europe : the European Towns in Braun & Hogenberg’s Town Atlas, dans Belgeo, t. 3-4, 2008, pp. 371-398.

Accès au plan numérisé

UMONS
DocNum