[Tribunal chinois avec ses différentes sortes de tortures infligées aux coupables]

Références

  • Date : ca 1871
  • Lieu de conservation : Bibliothèque centrale
  • Fonds particulier : Fonds Puissant
  • Cote : MS 1091 (FP)

Thèmes

  • Exécution des peines — Chine — 19e siècle
  • Chine — Mœurs et coutumes — 19e siècle
  • Estampes — Chine

Citer ce document

« [Tribunal chinois avec ses différentes sortes de tortures infligées aux coupables] », Canton (?), s.n., ca 1871, PHENIX (UMONS), consulté le , http://biblio.umons.ac.be/public/bv/?p=5996

Retour à la
notice

  • Commentaire
    Dans le fonds Puissant figurent deux albums de peintures sur « papier de riz ». L’un d’eux, intitulé « Tribunal chinois avec les différentes sortes de tortures infligées aux coupables » contient douze représentations de supplices infligés aux condamnés. Selon la mention indiquée au verso du premier plat, il a été offert par P. De Boeck à son frère Alfred à Calcutta, en 1871. Le second contient 30 peintures représentant des bateaux et des personnages chinois contenues dans un portefeuille. On ne sait pas comment ils sont entrés dans les collections du chanoine Puissant (1860-1934). Cependant, des albums de ce type se retrouvent dans de nombreuses collections d’objets rapportés par les Occidentaux comme souvenir de leur voyage en Chine. Ils ont pour support le papier de moelle, plus connu sous l’appellation inexacte de papier de riz. Les Anglais qui pensaient que celui-ci était fabriqué à partir des tiges de riz ou du riz lui-même l’ont appelé papier de riz au 19e siècle. En fait, il est fabriqué à partir de la moelle du « Tétrapanax papyrifer », arbuste qui pousse dans les collines à Taiwan et dans le sud de la Chine continentale. Pour obtenir ce papier, les branches de l’arbuste sont coupées en morceaux longs de 2,5 à 3 mètres et puis mis à tremper pendant plusieurs jours pour ramollir l’écorce. Ensuite la moelle est extraite en la poussant en dehors avec un bâton ou en découpant l’écorce externe. Elle est séchée avant d’être coupée en feuilles qui seront stockées en piles pour être aplaties puis découpées aux dimensions voulues. Les plus grandes feuilles obtenues et utilisées pour la peinture mesurent 35 x 20 centimètres. L’utilisation de ce papier est très ancienne dans la culture chinoise où il servait à fabriquer des fleurs artificielles. Ce n’est qu’au 19e siècle qu’il sera employé comme support de peinture. Ce papier de moelle est blanc et doux, avec une surface veloutée. Il est bon marché. Or les peintures sur ce support font leur apparition avec la présence des occidentaux en Chine lors de l’ouverture des ports chinois au commerce. La production de ces peintures débute dans les années 1820. En 1835, de nombreuses boutiques sont référencées à Shangai. La production s’organise et tourne autour de peintres connus comme Tingqua (1809-1870) ou Lamqua (1801-1860). Les sujets représentés sont des personnages, des paysages, des fleurs, des oiseaux, des scènes de la vie quotidienne… Ce support a donc permis une production massive de peinture d’exportation comme souvenirs, avec cependant une visée documentaire. Le chanoine Edmond Puissant est une personnalité bien connue des Montois pour ses collections nombreuses et variées qu’il a léguées à la ville de Mons en 1934. Les manuscrits et les livres ont rejoint, en 1960-1961, la Bibliothèque publique de la ville de Mons qui sera cédée en 1966 à l’Université. Le fonds Puissant reste la propriété de la ville de Mons tout en étant conservé à la Bibliothèque centrale de l’UMONS. (Christine Gobeaux)
  • Bibliographie
    Claude LAROQUE, « Tetrapanax papyferum » dans « Correspondance », lettre 31, octobre 2016, p. 1-4 ; Pauline CHASSAING, « L’utilisation du papier de moelle comme support de peinture d’exportation » dans Claude LAROQUE b(dir.), Autour des papiers asiatiques, actes des colloques d’Est en Ouest : relations bilatérales autour du papier entre l’Extrême-Orient et l’Occident (organisé le 10 octobre 2014) et « Papiers et proto-papiers : les supports de l’écrit ou de la peinture » (organisé le 30 octobre 2015), Paris, site de l’HICSA, mise en ligne en février 2017, p. 184-195).

Retour à la
notice

Retour à la notice

Titres

  • [Tribunal chinois avec ses différentes sortes de tortures infligées aux coupables] (Titre forgé)

Edition

  • [Lieu] Canton (?)
  • [Editeur] s.n.
  • [Création] ca 1871

Type d’objet original : dessin

Collation / Format

  • [Format] 1 album oblong (12 peintures)
  • [Décoration/Illustration(s)] 12 représentation de supplices
  • [Support] papier de riz

Langue(s) :

  • Français

Notes

  • [Appartenance] Mention à l’encre au verso du premier plat « P. De Boeck à son frère Alfred à Calcutta, 1871 »

Lieu de conservation : Bibliothèque centrale

Provenance

  • [Bibliothèque] UMONS. Bibliothèque centrale

Cote : MS 1091 (FP)

Conditions d’accès

  • [Droits d’accès] Domaine public

Retour à la notice

Fichier

Téléchargement

Vignette

  • Nom : EST180001-pdf.pdf
  • Nombre de pages : 17
  • Droits d’accès : Accès libre
  • Type : application/pdf
  • Taille : 28034 Ko
  • Dernière modification : 2018-10-24 11:42:38
UMONS
DocNum